fbpx
Skip navigation

Commotion cérébrale : Les choses s’améliorent

Auteur: CCA Date: Jun 10, 2022 Blogue, L'expertise chiropratique
  • Share Page:
  • facebook
  • twitter
La première fois que Trent a subi une commotion cérébrale, c’est quand il a reçu un coup de pied à la tête pendant qu’il jouait au rugby. Âgé d’à peine 22 ans, Trent s’est arrêté de jouer pendant trois semaines, le temps que les maux de tête disparaissent, et il est revenu sur le terrain dès qu’il a pu. Cinq mois plus tard, lors d’un voyage de ski, Trent a fait une chute telle que son casque s’est fendu en deux. Cette fois, les symptômes de Trent étaient plus aigus : les maux de tête sont devenus constants et des étourdissements embrouillaient ses pensées.

Ses entraînements de rugby, son travail d’installateur de systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation dans le centre-ville de Calgary, les moments passés avec sa petite amie – en un rien de temps, toutes les activités qu’il aimait ont perdu de leur intérêt à mesure que les maux de tête de Trent prenaient le dessus sur sa vie, réduisant ses journées à un minimum d’interactions.

Trent a vu spécialiste sur spécialiste. Pendant des semaines, il a fréquenté une clinique spécialisée dans les commotions cérébrales chroniques, où il a reçu différents traitements : infiltrations myofasciales, anesthésies par blocage nerveux et thérapie sportive. Il ne cessait de se demander : « Quand est-ce que je vais me sentir mieux? »

Après avoir reçu un diagnostic de céphalée cervicogène à cette clinique, Trent a vu son état s’améliorer pendant un peu plus d’un an grâce à une infiltration facettaire. Cependant, la déception qui a suivi la deuxième infiltration a été d’autant plus grande lorsque les maux de tête ont recommencé.

Après plus de cinq ans d’efforts pour se rétablir, Trent a accepté de voir le chiropraticien de sa petite amie, le Dr Alim Kara. Il avait l’impression de repartir à zéro. L’approche du Dr Kara était différente de celles du personnel de la clinique spécialisée dans les commotions cérébrales, ainsi que des physiothérapeutes et des médecins généralistes que Trent avait consultés auparavant. Le Dr Kara posait des questions, écoutait attentivement, voulait comprendre la douleur et son origine, et il voulait savoir comment aider Trent à atteindre son objectif de vivre sans douleur.

Ensemble, ils ont élaboré un plan de traitement à multiples volets : traitements chiropratiques, aiguilles sèches, électroacupuncture, thérapie des tissus mous, application de ventouses, conseils sur le mode de vie et la gestion de la douleur, exercices de réadaptation et de renforcement. Au départ, le Dr Kara a reçu Trent deux fois par semaine pendant les deux premières semaines, puis une fois par semaine pendant deux semaines, et enfin deux fois par mois pendant deux mois, avant de passer à un programme de traitement plus axé sur la prévention et l’’entretien tous les deux mois, selon les besoins. À mesure que les maux de tête et les douleurs de Trent s’estompaient, sa transformation était indéniable. Il a recommencé à profiter de la vie et à participer aux activités qu’il avait dû mettre de côté pendant si longtemps.

Le parcours de Trent vers la guérison a été difficile, mais il a pu compter sur le soutien de son équipe de soins, composée de physiothérapeutes, de thérapeutes du sport et de chiropraticiens. Enfin débarrassé de ses douleurs, Trent continue de voir le Dr Kara tous les deux mois dans le cadre de séances d’entretien et de prévention. Son conseil à ceux qui souffrent de symptômes post-commotionnels, et notamment de maux de tête?

Soyez forts dans les moments difficiles. Les choses s’améliorent.
retour