fbpx
Skip navigation

Aider ceux et celles qui font passer les autres en premier

Auteur: CCA Date: Jan 10, 2022 Blogue
  • Share Page:
  • facebook
  • twitter

Les habitants de la Colombie-Britannique traversent une période difficile. En plus de faire face à la pandémie de COVID-19 et à son évolution constante, la province a été durement touchée par une série de catastrophes naturelles. La plus récente catastrophe a pris la forme de graves inondations causées par de violentes tempêtes, des conditions météorologiques extrêmes qui font suite à un été de canicules et de feux de forêt. Ces événements ont détruit des communautés et ont forcé de nombreuses personnes à quitter leur foyer. Beaucoup d’autres personnes ont fait preuve de bonté : en fournissant des abris, en donnant de la nourriture et en soutenant les premiers intervenants, un grand nombre de Britanno-Colombiens se sont unis pour aider les personnes dans le besoin. Un des généreux Britanno-Colombiens qui a fait plus que son devoir est le Dr Stephen Karpuk, un chiropraticien de Kamloops.  

Le Dr Karpuk vit dans la région de Kamloops depuis plus de 40 ans et traite ses patients à l’Aberdeen Chiropractic Clinic, une clinique qu’il a ouverte en octobre 2003 peu après avoir obtenu son diplôme du Canadian Memorial Chiropractic College (CMCC) la même année. Il est actif dans sa communauté et connaît plusieurs des familles qui vivent dans les villes voisines. Avant de devenir chiropraticien, le Dr Karpuk a travaillé dans le domaine de la foresterie : sa thèse de maîtrise portait sur l’écologie du feu.  

Dr Karpuk Aider ceux et celles qui font passer les autres en premier

Photo par Peter Olsen

Se porter volontaire pour aider les premiers intervenants 

En août 2021, alors que les feux de forêt ravageaient la Colombie-Britannique, le Dr Karpuk a décidé d’apporter son aide. Il a pris contact avec Rob Schweitzer, directeur de BC Wildfire, et lui a proposé ses services. Six jours par semaine, après une journée complète à sa clinique, pendant six semaines consécutives, il s’est rendu au camp de lutte contre les feux de forêt de Kamloops pour traiter les pompiers et les intervenants de première ligne qui affrontaient les feux. Le Dr Karpuk a personnellement traité 112 personnes, pour un total de 232 traitements.  

« Traiter les premiers intervenants a toujours été une priorité à ma clinique, car ils sont essentiels à la sécurité de nos communautés, indique le Dr Karpuk. Alors que les feux de forêt faisaient rage, les pompiers et les membres des personnels d’urgence éteignaient les incendies au péril de leur intégrité physique afin de sauver les gens et les biens et de protéger les communautés. 

« Ces hommes et ces femmes passaient de longues heures à lutter contre les feux et à travailler dans les coulisses, accomplissant des tâches qui les meurtrissaient dans la fumée et dans une chaleur extrême, explique-t-il. De nombreuses personnes souffraient lorsqu’elles terminaient leurs quarts de travail; certaines avaient tellement mal qu’elles n’arrivaient pas à se lever ou à se pencher pour enlever leurs vêtements ou leurs bottes. J’ai fait ce que j’ai pu pour soulager leurs douleurs et améliorer leur fonctionnement physique afin de leur permettre de retourner sur le terrain le lendemain et de poursuivre leur travail. »  

Dr Karpuk fire camp tent

Photo par Peter Olsen

La motivation pour donner un coup de main 

Le Dr Karpuk est un membre fondateur du Rotary club de Kamloops Aurora Centennial. Or, l’engagement communautaire et le bénévolat sont des éléments importants dans la vie d’un Rotarien. Une de leurs devises est « Servir d’abord » : cela traduit leur philosophie de bénévolat désintéressé. Il serait logique de conclure que c’est cette implication au sein du Rotary club qui a poussé le Dr Karpuk à se porter volontaire pour traiter les pompiers. Mais lorsqu’on lui demande pourquoi il l’a fait, il donne une autre raison : son expérience au Canadian Memorial Chiropractic College.  

« J’ai eu le privilège de rencontrer et d’apprendre de grands éducateurs pendant mes études au CMCC, et beaucoup de choses que j’y ai apprises m’ont marqué, indique-t-il. Un jour, on m’a posé la question suivante : “Si vous étiez le premier ou le dernier chiropraticien au monde, est-ce que tous vos gestes, aussi bien dans votre vie professionnelle que personnelle, feraient progresser ou reculer notre profession?” Je cherche toujours des occasions d’aider les autres et de faire progresser ma profession. Le fait de me porter volontaire pour traiter les intervenants m’a permis de jouer un petit rôle dans la lutte contre les feux de forêt. Cela a également démontré comment les chiropraticiens peuvent améliorer la qualité de vie des personnes qui travaillent dans de telles conditions, réduire les blessures professionnelles (un objectif de BC Wildfire) et jouer un plus grand rôle dans le système de santé. » 

fire camp tent

Photo par Peter Olsen

Le Dr Karpuk indique qu’après son expérience, il a mis la British Columbia Chiropractic Association en contact avec BC Wildfire afin que les deux organismes puissent examiner le soutien que les chiropraticiens pourraient apporter lors des prochaines saisons de feux de forêt, que ce soit en tant que contractuels payés ou en tant que bénévoles. Il espère que, par l’entremise des associations provinciales et nationales, de tels services pourront être mis en place partout au Canada. Il croit que les chiropraticiens ont un rôle crucial à jouer dans les situations d’urgence, et que cet été l’a bien prouvé. 

« Des équipes de la Colombie-Britannique, de l’Alberta et de la Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, sont venues prêter main-forte pour lutter contre les incendies, se souvient le Dr Karpuk. C’était un privilège et un honneur de traiter ceux et celles qui travaillaient sans relâche pour contenir, maîtriser et, finalement, éteindre les feux. J’espère qu’à l’avenir, davantage de chiropraticiens se porteront volontaires ou intégreront le personnel des camps de lutte contre les incendies de forêt afin de traiter les intervenants de première ligne et de les aider à être au sommet de leur forme pour surmonter la crise. » 

Le Dr Karpuk a ajouté qu’il fallait également remercier les docteurs Rylan Brouwer et Elise Bilodeau ainsi que Matt MacDonald et les nombreux massothérapeutes autorisés de la région qui sont aussi venus aider. Et grâce à une communication continue avec Rob Schweitzer, des chiropraticiens et des massothérapeutes autorisés de Vernon (également en Colombie-Britannique) ont pu travailler au camp de lutte contre les feux de leur région en septembre. Enfin, le Dr Karpuk est extrêmement fier de sa fille de 16 ans, Alexandra, qui s’est portée volontaire pour aider chaque soir au camp en organisant les documents et les réservations.   

dr karpuk fire camp staff

Photo par Peter Olsen

retour